Projection / Débat Vendredi 11 avril à 19H30, 13ème Arr.

Publié le par AL

(ci dessous le texte d'appel de l'intersyndicale du 13ème
à participer à une projection/débat )


LUTTER PLUS POUR GAGNER PLUS :

 

 

Les travailleurs ont de plus en plus de mal à vivre :

 

Depuis des années, la très grande majorité des salariés en France voit son salaire stagner ou progresser très faiblement. Dans le même temps, les prix eux ne cessent d’augmenter, flambant même pour les produits de première nécessité. Quant aux loyers, ils sont devenus insupportables depuis trop longtemps, surtout à Paris. Les conséquences de tout cela, c’est que les salariés perdent sans arrêt du pouvoir d’achat, ce qui implique les plus grandes difficultés pour boucler les fins de mois et tout simplement pour vivre.

 

Pourtant les richesses existent :

 

En effet, la France n’a jamais été aussi riche. Depuis plus de 15 ans, le Produit Intérieur Brut, soit les richesses produites en France, ne cesse d’augmenter. En 2006, il a encore progressé de 2 %, pour atteindre  presque 1 600 milliards d’euros. Or, les entreprises privées, elles, profitent de cette hausse des richesses. Par exemple, en 2007, les 40 premières entreprises de la Bourse ont réalisé des bénéfices record de plus de 100 milliards d’euros. Au passage, les patrons qui dirigent ces entreprises en ont profité pour augmenter leurs rémunérations de plus de 40 %. Pour ne pas être en reste, le président de la république s’est lui octroyé généreusement une hausse de 206 % de sa rémunération. La conclusion, c’est que l’argent existe, mais que les salariés n’en profitent pas. Car, depuis 20 ans, le capitalisme a réussi à diminuer de 10 % la part des salariés dans la répartition du PIB, au profit bien sûr des patrons. Or, ces 10 % du PIB, c’est ce qui nous manque pour pouvoir dès maintenant vivre correctement.

 

Il faut une autre répartition des richesses :

 

Car cet argent, il est à nous, les salariés. C’est nous, par notre travail, qui l’avons produit et qui avons permis aux patrons de faire autant de profit. Sans nous, sans notre travail, aucune production de richesse ne serait possible. Alors, il est logique que cet argent nous revienne, qu’il serve à améliorer la situation sociale des travailleurs, à mieux vivre. Nous ne pouvons pas accepter une société avec des riches toujours plus riches et des pauvres toujours plus pauvres, nous voulons une redistribution des richesses qui nous appartiennent. Dans l’immédiat nous revendiquons :

 

·        Une augmentation de 300 euros de tous les salaires.

·        Une hausse du SMIC à 1 500 euros net et une augmentation équivalente de tous les minima sociaux.

·        Un plan de rattrapage des pertes de revenus, en privilégiant les bas salaires, afin de réduire l’écart des richesses.

 

Comment obtenir satisfaction ?

 

Nous n’avons rien à attendre de la part des dirigeants qui, après avoir parlé du pouvoir d’achat, prétendent maintenant ne rien pouvoir faire. Nous devons donc agir nous même en amplifiant les luttes pour une hausse des salaires.  Ces derniers mois, les grèves pour les salaires se sont multipliées, en particulier dans le commerce, les supermarchés et à la FNAC. Surtout, la récente grève victorieuse des travailleurs du nettoyage au centre commercial Italie 2 prouve qu’il est possible de gagner sur ce sujet.  Pour cela, il faut que les sections syndicales, les travailleurs, multiplient les mobilisations, les manifestations et les grèves, pour construire une lutte générale qui permettra d’inverser le rapport de force dans ce domaine.

 

Pour discuter de tout cela, pour échanger les expériences sur les luttes, pour voir ce qu’il est possible de faire et comment nous pouvons nous organiser et agir pour gagner des hausses de salaires, le collectif intersyndical et interprofessionnel du 5éme et du 13éme arrondissements de Paris vous invite à une projection / débat. Tous les détails au dos de ce tract.

 

 Salaires,

comment lutter plus pour gagner plus !

 

Projection du documentaire : H&M, histoire d’une grève !

 

 

"Hiver 2004, une grève éclate dans les entrepôts H&M du Bourget. Plus aucun vêtement ne sort et rien ne vient approvisionner les magasins de l’enseigne à la pointe de la mode. Cette grève à la particularité de porter sur les salaires à une époque où les conflits découlent de délocalisations et de fermeture d’usines.

 

Pendant près d’un mois, les salariés des entrepôts arrêtent le travail à la chaîne et ses cadences infernales, pour découvrir la solidarité des piquets de grève. Dans ce conflit où s’investissent beaucoup de femmes, des syndicalistes expérimentés côtoient des collègues qui découvrent la lutte.

 

Le combat est inégal et les salariés sont méprisés par la direction. Mais, faite de hauts et de bas, cette grève est une expérience humaine forte, qui marquera à jamais ses protagonistes 

 

En présence du réalisateur et de syndicalistes ayant récemment menés des grèves pour une hausse des salaires, dans nos arrondissements.

 

 

VENDREDI 11 AVRIL, A 19H30

 

 

 

La projection aura lieu dans le local syndical SNCF qui se trouve à la frontière entre le 13éme arrondissement et Ivry, au début d’Ivry, Avenue Pierre Sémard. Prendre le bus 132, arrêt Rue des Jardins ou le bus 27, arrêt Porte de Vitry. En métro, sortir à la station François Mitterrand (ligne 14), puis descendre la rue du Chevaleret et l’avenue de la Porte de Vitry.

 

Qui sommes nous ?

 

Depuis 2003, il existe dans le 5éme et le 13éme arrondissements de Paris un collectif interprofessionnel et intersyndical constitué à partir de deux idées simples : l’union fait la force et la lutte paye. Ce collectif, cadre d’échange, de réflexion et d’action, rassemble des militants des syndicats ci-dessous et des non-syndiqués. Il œuvre en direction des entreprises de ces arrondissements en lien avec la vie sociale et politique du quartier. Contactez nous.

 

Collectif intersyndical et interprofessionnel du 5éme-13éme : interpro13@hotmail.fr

 

Structures signataires : Union Locale CNT 5-13e, CNT-BNF, CNT Cinémathèque, CNT Pitié-Salpêtrière, CNT Paris I et Paris III, CNT Thomas Mann, CNT-MNHN, , CNT-Photos 13e, SUD-BNF, SUD-Rail, SUD-Education, SUD Petite Enfance, SUD-FNAC Italie 2, SUD-PTT, SUD-Etudiants Paris I, SUD-Education Paris VI-VII, SUD Photos 13e, ,SNASUB-FSU BNF, FSE Paris I.

 

Des militants des organisations : CGT Ville de Paris, SNASUB-FSU Sorbonne, SNESUP-FSU, SNUIPP-FSU, UNEF Paris III, Paris VI et VII… et des travailleurs non-syndiqués.        

Publié dans Rencontre Débat

Commenter cet article