Pétition contre le fichage systématique d'EDVIGE

Publié le par AL

Ci dessous la pétition unitaire contre EDVIGE dont Alternative libertaire est signataire.
le site internet (pétition, liste des signataires et possibilité de signer en ligne): http://nonaedvige.ras.eu.org/




Sans débat public préalable, le gouvernement, par un décret publié au Journal officiel du 1er juillet 2008, a considérablement accru les capacités de fichage de nos concitoyens. Ce fichage sera assuré, à l’avenir, par la Direction centrale de la sécurité publique (fusion des Renseignements Généraux et de la DST).


A cette fin, un nouveau fichier policier sera mis en place sous le nom d’EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale). Il recensera, de manière systématique et généralisée, toute personne « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Sans exception, toutes les personnes engagées dans la vie de la cité sont donc visées.


En outre, ce fichage vise à permettre la collecte de renseignements identitaires sur les « suspects » (personne mais également groupe) simplement considérés, par la police, comme susceptibles, à l’avenir et de manière totalement hypothétique, de porter atteinte à « l’ordre public ».


Il permettra de compiler toutes les notes de renseignements telles que : état civil, photographie mais aussi fréquentations, comportement, déplacements, appartenance ethnique, vie sexuelle, opinions politiques, philosophiques, religieuses, appartenances syndicales et associatives …


La police sera autorisée à consulter ce fichier en cas d’enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois.

Les mineurs ne seront pas épargnés puisque fait sans précédent dans notre République et particulièrement choquant, leur fichage sera autorisé dès l’âge de 13 ans et cela sans qu’aucune infraction n’ait été commise et sur la seule base de leur dangerosité présumée.


Cette initiative gouvernementale, porteuse à l’évidence de nombreuses dérives, s’inscrit résolument dans le cadre de la mise en place d’une politique sécuritaire ouvertement revendiquée.


Le gouvernement est passé outre aux réserves émises par la Commission nationale Informatique et Libertés concernant ce fichier qui, dès sa parution, a suscité les plus vives réprobations de multiples organisations associatives, syndicales et politiques.


C’est pourquoi les organisations et les personnes signataires de cet appel :

- exigent le retrait du décret autorisant la mise en place du fichier EDVIGE qui institue un niveau de surveillance des citoyens totalement disproportionné et incompatible avec une conception digne de ce nom de l’état de droit,

- sollicitent le soutien et la signature de tous nos concitoyens et de toutes les organisations attachées aux libertés publiques, au respect de la vie privée et des droits de l’enfant,

- s’engagent à se constituer, dès le mois de septembre 2008, sous forme de Collectif afin de prendre toute initiative utile visant à obtenir des pouvoirs publics qu’ils renoncent à la mise en place du fichier EDVIGE.



Les collectifs, associations, syndicat et partis peuvent apporter leur soutien et leur signature en écrivant à contact@nonaedvige.ras.eu.org


Publié dans Lutte en cours

Commenter cet article

Simon 16/07/2008 12:15

Le communiqué de presse d'Alternative libertaire:
Où s’arrêtera ce gouvernement liberticide ?

La mise en place du
nouveau
fichier EDVIGE (Décret N°2808-632 du 27 juin 2008) marque une nouvelle
étape
dans l'entreprise de fichage des militant-e-s politiques, syndicaux ou
associatifs. Non seulement ce décret officialise la centralisation de
données
sur les individus sur le seul motif qu'ils seraient « susceptibles
de porter atteinte à l'ordre public » mais
il autorise également la centralisation de « données
relatives à l’environnement de la personne, notamment à celles
entretenant ou
ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle » (article 2).

Cela
va sans dire que n'importe qui peut être considéré comme l'ennemi
intérieur justifiant ainsi un contrôle total sur la vie des individus.

Mais
c'est aussi dès l'age de 13 ans que ce fichage devient désormais
possible, alors que dans le même temps sont construits l’établissement
pénitentiaire pour mineurs.

Par ailleurs, début juillet, la Direction
Centrale du Renseignement
Intérieur a été créée par la fusion de la Direction de la Surveillance
du Territoire
et des Renseignements Généraux. L'Etat se dote ainsi d'un « FBI
à la française », selon les termes de Sarkozy,
nouvel outil de répression contre toutes celles et ceux qui seraient
susceptibles
de dénoncer le pouvoir d'Etat.

Ces mesures se situe dans la longue continuité
d'une
politique de contrôle social et de démantèlement des droits et des
libertés : prolongation
des rétention de sûreté, loi de prévention de la délinquance, lois
Perben, lois
sur l'immigration, restriction du droit de grève, etc.

Alternative libertaire dénonce cette politique
liberticide
et la criminalisation des mouvements sociaux.
C'est pourquoi Alternative libertaire réclame
l'abrogation
de ce décret, appelle à signer la pétition unitaire (http://nonaedvige.ras.eu.org/)
et
prendra part à toute initiative collective pour lutter contre la mise
en place
des toutes les lois sécuritaires.