Alternative libertaire organise un débat public samedi 28 mars

Publié le par AL

En France comme aux Antilles : comment faire pour gagner ?

Au terme de 6 semaines de grève générale les travailleuses et travailleurs de Guadeloupe soutenu-e­-s par tout un peuple ont imposé au patronat et à l’Etat français leur programme de 120 revendications touchant tous les aspects de la vie quotidienne (gel des loyers pour 2009, baisse des prix, création de postes d’enseignant-e-s, 200 euros d’augmentation pour les bas salaires…). Après leur victoire les grévistes et leurs organisations ont décidé de maintenir ce qui a permis leur victoire, à savoir l’unité syndicale sur une base combative, la convergence avec les associations de lutte et le soutien des organisations politiques au sein du collectif Liyannaj kont pwofitasyion (LKP). En Martinique, la victoire est proche. A la Réunion, les travailleurs et travailleuses essayent de suivre la même voie.

Et en France ?

Quelles sont les réponses à la politique patronale et gouvernementale de soutien à la spéculation financière, de démantèlement des services publics et sociaux, de licenciements de plus en plus massifs pour maintenir intacts les dividendes des actionnaires qui n’ont cessé depuis des décennies de bénéficier d’une redistribution des richesses du travail vers le capital ? Deux journées d’action de 24h, certes massivement suivies mais qui n’impressionnent ni les patrons, ni le gouvernement. Ces ripostes sont insuffisantes parce que dispersées, catégorielles et essentiellement défensives. De plus les partis de gauche et d’extrême gauche s’apprêtent à consacrer une grande partie de leur énergie aux élections européennes.

La machine à perdre serait-elle une fatalité ?

Les militantes et militants d’Alternative libertaire sont convaincu-e-s du contraire et estiment qu’il est possible de battre le patronat et l’Etat en adoptant une stratégie offensive et unitaire. Pour cela nous estimons qu’il ne faut pas avoir peur d’affronter les questions que les travailleuses et travailleurs des Antilles se sont posées avant d’engager leur combat :
- Sur quelles revendications pouvons-nous nous rassembler ?
- Comment lutter et s’organiser pour gagner ?

Mais aussi :
- Comment renforcer les secteurs professionnels et syndicaux les plus combatifs en France ?
- Quel est le rôle des militant-e-s anticapitalistes et révolutionnaires et quelles doivent être leurs priorités ?
- Quelles initiatives concrètes prendre pour favoriser le déclenchement d’un mouvement d’ensemble victorieux ?
- Comment articuler mesures d’urgence et projet de transformation de la société ?

C’est à toutes ces questions et à quelques autres que nous voulons répondre.

Marie-Au Palacio (Alternative libertaire), Alain Pojolat (NPA), Christian Mahieux (Solidaires), Stephane Ferry (CGT RATP) et un militant de la CNT, interviendront pour en débattre et nous vous invitons à participer à ce débat.

Il y aura une table de presse, une librairie, et il sera également possible de se restaurer.

Samedi 28 mars, à 19h30, à l’AGECA (177, rue de Charonne, métro Alexandre Dumas)

Publié dans Rencontre Débat

Commenter cet article